L’AFEST, le cadre dans lequel s’inscrivent nos immersions en start-up

L’AFEST (Action de Formation En Situation de Travail) a fait son entrée dans le Code du travail le 5 septembre 2018 grâce à la loi N°2018-771 pour la liberté de choisir son avenir professionnel.

Les dispositions de l’AFEST ont été précisées par la suite dans le décret n°2018-1341 du 28 décembre 2018 relatif aux actions de formation et aux modalités de conventionnement des actions de développement des compétences.

Nos 3 principes pédagogiques

Principe n°1 :
Sortir de sa zone de confort

L’objectif est clair : quitter ses routines, réflexes et habitudes rassurantes, se confronter à l’inconnu pour ne plus être guidé par ses automatismes, se (re)mettre en action, se donner la possibilité d’apprendre et remplacer ses peurs bloquantes par une énergie motrice et créatrice.

Rester dans sa zone de confort, c’est stagner. Pour évoluer et progresser, il est nécessaire d’en sortir afin d’entrer dans une zone d’apprentissage, zone dans laquelle on apprend le plus et avec un maximum de plaisir.

Sortir de sa zone de confort est un passage obligé vers le changement !

« La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent. » (Albert Einstein)

Principe n°2 : Action learning

Contrairement aux modes de formation traditionnels centrés sur l’acquisition de connaissances théoriques, l’action learning (ou apprentissage par l’action), inhérent à l’AFEST, est un processus de développement de compétences fondé sur l’expérimentation.

« Les connaissances ne deviennent compétences que lorsqu’elles sont soumises à l’expérimentation » (Le Grand Livre de la Formation, Éditions Dunod).

En mettant l’action au cœur du processus d’apprentissage, les immersions en start-up permettent une appropriation optimale des compétences.

Cette formation en situation de travail (« FEST ») est indispensable pour l’acquisition et le renforcement de softskills.

Principe n°3 : Réflexivité

Il s’agit de la capacité à réfléchir sur soi-même et sur son propre travail. La réflexivité est au cœur de l’AFEST car il ne peut y avoir de réels apprentissages sans mise à distance du travail réalisé.

Les phases réflexives ont pour objet d’utiliser à des fins pédagogiques les enseignements tirés de la situation de travail.

Elles doivent permettre d’observer et d’analyser les écarts entre les attendus, les réalisations et les acquis de chaque mise en situation dans l’objectif de consolider et d’expliciter les apprentissages. Ces phases sont distinctes des mises en situation de travail.

Tout au long de son immersion en start-up, le Mobiliworker est accompagné dans sa réflexivité grâce à un « parcours réflexif » qui lui est proposé.

Vous souhaitez en savoir plus sur l’AFEST et nos principes pédagogiques ?

Nous nous tenons à votre disposition pour vous apporter toute précision.

Retrouvez aussi…

Comment ça marche ?

Pourquoi Mobiliwork ?